Discours du vernissage du 1er juillet 2017

Bon je vois que le poste de président n’est pas toujours facile…

J’espère être meilleur photographe qu’orateur.

Monsieur le Sénateur Maire, cher Frédéric Lafforgue , Daniel Grépinet adjoint à la culture, mesdames et messieurs les élus, chère Sonia, Vincent, monsieur Philippe Raynal, Monsieur Nebout, messieurs et mesdames les chefs d’entreprises, chefs d’équipes, compagnons, et vous tous photographes et administrateurs d’image in et vous.

Steve McCurry photographe américain de l’agence Magnum disait:

« Je suis à la recherche de l’inattendu, du moment du hasard maîtrisé, qui permet de découvrir par accident des choses intéressantes que l’on ne cherchait pas. « 

Lire la suite

Au cours d’un de mes voyages au Etats-Unis, j’ai pu visiter la « Space Needle » de Seattle. Sur les rampes d’accès aux ascenseurs sont exposés de nombreux clichés des ouvriers ayant participé à sa construction. Tous ces clichés en noir et blanc reflétaient le monde fraternel, et souvent éprouvant du bâtiment.

A mon retour, je suis allé trouver Vincent Nolot qui m’avait parlé de son envie de monter un suivi photographique du chantier sous la forme d’un reportage ayant pour thème « Gueules de chantier ». Avec un brin d’inconscience nous nous sommes plongés dans ce projet.

Pour chacun de nous, cette aventure photographique, a surtout été humaine.

Les photographes intervenant sur le site ont su, par leur discrétion, créer au fur et à mesure des semaines, des liens de confiance et de sympathie.

Au delà de l’approche photographique ce fût l’occasion d’accéder à ce monde méconnu du bâtiment, de la création, de la construction, avec quelques fois des moments de démesure, comme ce jour du mois d’août 2016 où nous avons pu assister à la pose des poutres de la dalle de l’auditorium.

Avec des yeux de profanes nous avons eu une vision presque poétique de ces métiers. Chacun essayant de capter le regard, la posture, l’ouvrage qui nous permettrait de rendre l’émotion que nous voulions transmettre en image.

Ces photos offrent à chaque visiteur une vision de ce qui s’est passé derrière « le miroir », et de rencontrer la plupart des acteurs de ce chantier.

La prise de vue n’étant qu’une petite partie de tout le travail fourni, je dois rendre hommage à Jean louis Ganivet qui, en s’entourant de 3 bénévoles de l’association et sur la base d’un cahier des charges qualitatif que nous avions défini tous ensemble, a mis en place la logistique pour gérer les 463 photos prises par les photographes affectés chaque semaine au suivi de l’avancement du chantier.

Aujourd’hui nous pouvons admirer le résultat. Il est à la hauteur de nos attentes (même peut être au delà). Le travail de mise en scène de cette exposition effectué, permet de restituer fidèlement les épreuves originales (à ce titre je félicite et remercie Bernard et Jérémie du service communication). Je n’oublie pas non plus Sébastien GUILLE pour sa disponibilité tout au long de ces préparatifs.

Les différents formats accrochés traduisent cette vie de chantier qui durant des mois, nous a permis de croiser tous les corps de métier, des bâtisseurs aux finisseurs.

Maintenant la réserve photographique en possession de la municipalité, permet d’envisager d’autres expositions sur divers thèmes tel que la structure, les détails, les bâtisseurs, les séquences, vous pouvez ou pourrez apercevoir dans le petit film projeté ces différentes phases.

Un petit mot sur IMAGE IN ET VOUS (faut bien que je nous fasse un peu de pub), nous allons attaquer notre 4ème saison, nous sommes un collectif d’une vingtaine de passionnés par la photographie, tous bénévoles, notre volonté est de progresser de façon conviviale dans ce monde artistique.

Nous sommes hébergés par les Studio PM dans la zone artisanale de Castelnau où 250 M² de plateau technique sont mis à disposition de l’association.

Monsieur le sénateur Maire, chers amis, Castelnauvien depuis 47 ans, aujourd’hui je suis ému et fier d’être parmi vous et de pouvoir représenter chacun des membres de l’association.

Je vais terminer en vous racontant une légende amérindienne souvent rapportée par Pierre Rabhi célèbre poète et humaniste

La part du Colibri

Un immense incendie ravage la jungle.
Affolés, les animaux fuient en tous sens.
Seul un colibri, sans relâche,
Fait l’aller-retour de la rivière au brasier,
Une minuscule goutte d’eau dans son bec,
Pour l’y déposer sur le feu.
Un toucan à l’énorme bec l’interpelle :
“Tu es fou, colibri, tu vois bien que cela ne sert à rien”.
“Oui, je sais” réponds le colibri, “mais je fais ma part”…

Aujourd’hui nous sommes tous des colibris, chacun ayant participé à la hauteur de ses compétences et moyens à la construction de ce bâtiment qui sera un écrin pour l’art.

Merci à vous tous,
Patrick DEVIT
Président de l’association IMAGE IN & VOUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.